dans votre quartier/l'Asso/parent citoyen/Place familles/Réapproprions notre quartier/Vivre en famille en ville

Pour retenir les familles: la Ville doit acheter plus de terrains… (La Presse)

terrain

Certains voient dans les textes de François Cardinal sur l’exode des familles une «obsession»…

Drôle tout de même qu’on se fasse critiquer quand on survole les sujets de manière superficielle, puis qu’on se fasse attaquer quand on les traite en profondeur.

Cela dit, son intérêt pour cet enjeu est simplement à la hauteur de son importance, tant il est crucial pour le devenir de Montréal.

D’abord, que la métropole perde un aussi imposant segment de la société québécoise (familles francophones de la classe moyenne) est en soi une mauvaise nouvelle. La vitalité d’une ville tient aussi à sa diversité, à la présence de toutes les catégories de la population, à l’hétérogénéité de ses quartiers.

Ensuite, la présence des jeunes familles de la classe moyenne est importante pour le maintien d’une offre de services diversifiée partout sur l’île, pour la préservation des équipements et activités (le Fort Angrignon a disparu, la Fête des enfants n’a pas eu lieu l’an dernier…), pour la vitalité des artères commerciales (on voit comment elles ont réussi à faire exploser l’offre commerciale de la banlieue).

Enfin, le maintien des familles francophones assure une certaine paix linguistique sur l’île, en préservant un équilibre entre les groupes linguistiques. Si aujourd’hui le PQ se sent permis de lancer de nouvelles attaques sur ce front, c’est en bonne partie parce que l’île se défrancise (en le faisant passer pour une anglicisation de Montréal).

Sur ce, il vous présente 3 nouvelles suggestions (et demie), celles de Christian Savard, directeur général de Vivre en ville :

– Une révision de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (LAU)

Actuellement, il n’est pas possible, ou très difficile, «d’imposer» par le zonage un nombre minimum de chambres. Pour le faire, il faudrait amender soit la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme soit la Charte de la Ville de Montréal. Évidemment, il y a toujours moyen de «convaincre» les promoteurs ou de «négocier» des unités familiales dans le cadre d’un changement de zonage; le bonus de densité en échange de compromis du promoteur, mais ce type d’approche n’est pas adapté à tous les milieux. Bref, une réforme de la LAU, plus ambitieuse que celle déposée par les libéraux avant l’élection, donnerait un bon coup de pouce aux différentes mesures favorables à la rétention des familles.

– Une politique agressive d’acquisition de terrains par la Ville de Montréal

Force est de constater que les limites de rentabilité des promoteurs privés, surtout si on les contraint à faire davantage d’unités familiales, moins payantes que les petits condos, seront rapidement atteintes. Par conséquent, le développement de logement social et l’autopromotion résidentielle devront être appuyés et soutenus afin de favoriser la création d’une offre adaptée à tous les types de besoins et de capacités. Pour cela, la Ville de Montréal devra se montrer agressive pour saisir toutes les opportunités d’acquérir les terrains à construire ou à densifier. Notre expérience et notre revue des pratiques à l’étranger nous montrent que le contrôle du foncier par la Ville est au cœur de la plupart des projets les plus intéressants. Quand la Ville est propriétaire du terrain, c’est pas mal plus facile de négocier ce qu’elle veut avec le privé. À la fin du processus, la Ville revend au prix coûtant son terrain au privé. Elle ne perd pas d’argent, mais elle a exactement le genre de projet qu’elle veut.

– Mettre fin au «deux poids, deux mesures» en transport

Il faut comprendre que l’avantage compétitif de la banlieue en matière de coûts est lié, en bonne partie, au fait qu’elle est fortement subventionnée, notamment dans le domaine des transports. Alors que la banlieue voit sans cesse s’étendre son réseau autoroutier, rendant toujours plus accessibles des secteurs toujours plus lointains, Montréal souffre du sous-financement chronique du transport collectif et n’a pas inauguré de nouvelle station de métro depuis 1988. Pour noircir encore le tableau, rappelons que les autoroutes qui permettent à toutes les villes périphériques de se développer sont payées à 100% par le gouvernement québécois, tandis que le transport collectif est principalement payé par les usagers et les villes.

Pour égaliser les chances et rendre la compétition plus juste, il est primordial de rééquilibrer les investissements de transport du routier vers le transport collectif. Cette stratégie a le double avantage de rendre l’économie de la région plus efficace et de faciliter la vie des familles montréalaises qui subissent, actuellement, les conséquences d’un réseau de transport collectif saturé.

– Offrir la gratuité du transport collectif aux enfants d’âge primaire

Une action simple mais qui ferait économiser des sous, en plus de leur faciliter la vie, à bien des familles montréalaises, serait d’accorder la gratuité du transport collectif aux enfants d’âge primaire accompagnés d’un adulte. Cette mesure ne couterait pas très cher à la Ville et serait une très bonne manière de montrer que Montréal s’occupe de ses familles.

Un article signé François Cardinal sur son blogue Quel avenir pour Montréal?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s