action culturelle/Être/devenir parent/parent citoyen/Place familles/votre participation

Vente-débarras : une activité familiale! (extrait Le Soleil)

photothèque Le Soleil

photothèque Le Soleil

Alors que les petits grandissent, les camions et les poupées perdent de leur intérêt. Les jouets délaissés s’accumulent, allant rejoindre vêtements, outils et articles de sport inutilisés des parents au sous-sol. C’est l’heure d’une vente-débarras familiale!

L’opération vous permettra à la fois de faire un peu de ménage dans votre demeure, d’enseigner quelques leçons financières aux enfants et d’amasser un petit fonds supplémentaire pour les vacances d’été.

La préparation d’une vente-débarras est une bonne activité éducative à organiser en famille, soutient le Mouvement des caisses Desjardins. Elle touchera davantage les enfants de huit et neuf ans. On peut leur proposer de vendre leurs anciens livres et jouets pour pouvoir se procurer l’objet de leur désir actuel. Les parents évitent ainsi de succomber à leurs caprices et, mine de rien, leur font pratiquer leurs notions de mathématiques derrière la petite caisse.

François Provençal, créateur du site www.ventedegarage.ca, est un fervent amateur de ventes-débarras depuis plus de 25 ans. Avec ses parents, il en faisait la tournée, sur la Rive-Sud de Montréal, le samedi matin, quand il était petit. Depuis plus de 10 ans, le technicien en informatique recense les fins de semaine de ventes-débarras qui se tiennent en province.

C’est la «chasse au trésor» qui l’attire avant tout. Il souligne aussi que les ventes-débarras permettent de faire des économies et de faire sa part pour l’environnement, en évitant d’envoyer des objets encore utiles à la poubelle.

Se trouvant la plupart du temps du côté de l’acheteur, M. Provençal sait ce qui plaît aux chasseurs d’aubaines. Il faut d’abord avoir une quantité appréciable d’objets à vendre. «Lorsqu’il n’y a presque rien, je n’ai pas tendance à débarquer de mon auto. C’est moins gênant quand il y a bien du stock.»

Infographie réalisée par le Soleil

Infographie réalisée par le Soleil

Ainsi, il ne faut pas hésiter à impliquer les membres de la famille élargie et les voisins si les tables semblent dégarnies. Tout en misant sur un code de couleurs pour les étiquettes, question de ne pas chercher trop longtemps à qui revient l’argent de la vente.

M. Provençal suggère de faire la promotion de sa vente localement, avec des affichettes dans le voisinage et des avis sur les babillards des commerces du coin. Pour les ventes-débarras familiales, les petites annonces en ligne ne sont pas gagnantes, d’après lui.

Certains mordus de vide-greniers se présentent très tôt. Pas de grasse matinée pour les jeunes impliqués, donc, il faut se lever pour travailler!

Au Québec, il faut vérifier auprès de sa municipalité si une période a été déterminée pour tenir ce genre de marchés ou si un permis est nécessaire.

La préparation d’une vente-débarras est une bonne activité éducative à organiser en famille, soutient le Mouvement des caisses Desjardins. Elle touchera davantage les enfants de huit et neuf ans. On peut leur proposer de vendre leurs anciens livres et jouets pour pouvoir se procurer l’objet de leur désir actuel.

A Montréal, il suffit de téléphoner au 311 pour connaitre les réglements municipaux.

Un extrait de l’article du Soleil signé Laurie Richard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s